Club Handball Strasbourg ASPTT

N1F – Ninon Pora rejoint l’ASPTT Strasbourg

ninon1

La jeune demi-centre de Yutz, 17 ans, s’engage avec les Oranges pour cette saison 2018-2019. Associée à l’indéboulonnable Tanja Klaric sur le poste de demi-centre, Ninon arrive en Alsace pour montrer toute l’étendue de son talent et de sa fougue.

Après une saison compliquée avec Yutz en D2, la jeune internationale sera le fer de lance de ce nouveau projet strasbourgeois plus que prometteur !

Découvrez son interview ci-dessous :

Peux-tu te présenter en quelques lignes ? 

Je m’appelle Ninon PORA, je vais avoir 18 ans en septembre. Je viens de Sanzey un petit village à 30 minutes de Nancy. Je fais mes études à Metz car je suis au Pôle Espoir. Après mon bac je souhaite intégrer une classe préparatoire au concours d’infirmière.

Peux-tu nous raconter ton parcours handballistique ?

J’ai commencé le hand à 11 ans au club de Toul, j’y ai vite intégré l’équipe de Meurthe et Moselle. Je suis ensuite passée par le SMEPS, puis je suis entrée au Pôle Espoire.

J’ai rejoint le club de Pagny sur Moselle avec lequel j’ai été Championne de France Honneur. Je suis ensuite allée jouer à Blenod les Pont à Mousson en Nationale 3, et la même année mes sélections en équipe de France Jeune on débuté. J’ai eu l’opportunité de participer aux Championnats d’Europe où nous avons fini 4ème.

Enfin, j’ai rejoint l’équipe de Yutz en D2 pour lors de la saison 2017/2018, une saison quelque peu compliquée.

J’ai donc choisi, pour la saison 2018/2019, de porter le maillot Orange de l’ASPTT Strasbourg !

L’ASPTT Strasbourg, avec l’arrivée d’un nouveau staff (Maxime Fistola et Pierre Mangin), prépare un nouveau projet très prometteur, pourquoi avoir choisi de le rejoindre ? 

C’est vrai que l’ASPTT présente un projet solide avec de réelles ambitions.

J’ai choisi ce projet car je peux poursuivre mes études tout en continuant à jouer au handball à un très bon niveau. Nous avons pour ambition de monter en D2 dans un avenir proche c’est un très grand projet et pour moi un vrai challenge.

Quels sont tes objectifs personnels et collectifs pour cette saison 2018-2019 ?

Mes objectifs personnels : travailler, progresser, apporter mes qualités à mon équipe

Mes objectifs collectifs : Gagner tous les matchs, monter en D2, partager de bons moments collectivement

Connais-tu déjà un peu la ville de Strasbourg ?

Non je ne connais pas trop la ville de Strasbourg, ça sera l’occasion de visiter cette belle ville.

Et enfin, un petit mot pour nos supporters ?

Venez nombreux nous soutenir avec beaucoup de fair-play et d’humilité.

Le mot de Maxime Fistola:

Ninon Pora représente par parfaitement le projet du club d’accueillir de jeunes joueuses formées localement en leur garantissant sport de haut niveau et suivi scolaire (étude supérieures) de qualité. Sportivement, Ninon a la capacité de dynamiser le jeu offensif et de l’organiser avec une facilité déconcertante pour ses adversaires. Sortie du Pôle d’Excellence avec une formation de qualité, joueuse de D2 sur sa dernière saison et actuellement en équipe de France jeune, Ninon sait déjà gérer la pression des enjeux.

Bienvenue chez les Oranges Ninon !

 

N1F – « L’ASPTT change de voie »

Maxime Fistola et Pierre Mangin vont prendre place la saison prochaine sur le banc de touche de l’ASPTT Strasbourg (Nationale 1), succédant à Cédric Amour et Pascal Schwartz, pour entamer une nouvelle phase de la vie du club.

max_pierre_dna

Maxime Fistola (à gauche) et Pierre Mangin sont les nouveaux entraîneurs de l’ASPTT Strasbourg. PHOTO DNA – Ch.A.

L’association peut surprendre, elle s’annonce surtout complémentaire entre deux hommes aux parcours et aux profils assez différents.

Au premier plan se trouvera Maxime Fistola, 27 ans, originaire de Fameck en Lorraine. Jusque-là aux commandes des moins de 18 ans de l’ASPTT, préparateur physique de la “une” et du Pôle Espoirs féminin, il vient de boucler son Master “Entraînement sport et santé”. « Ce sera lui qui sera debout devant le banc de touche, moi j’essaierai de rester assis », s’amuse Pierre Mangin.

« Transformer nos méthodes »

Car cette figure du handball alsacien, 68 ans, sera l’autre membre de ce binôme. Champion de France avec le regretté Racing, celui qui a « entraîné à tous les niveaux », « professeur d’éducation physique de métier », a derrière lui une riche carrière, marquée par ses passages à la tête du Pôle masculin et à la Fédération comme responsable de filière et entraîneur de l’équipe de France jeunes féminines.

« Mais le tout premier club où j’ai joué à Strasbourg était l’ASPTT en 1973 quand je faisais mon service militaire à Kehl. C’est une façon de boucler la boucle, mais ce qui m’a motivé c’est la rencontre avec Maxime, de pouvoir accompagner un jeune dans sa formation pour lui amener mon expérience. » Ce dernier a « soif d’apprendre en ayant le plaisir de grandir au côté de Pierre Mangin ».

« Les résultats seront une conséquence et non un but en soi »

Le but du tandem est de « professionnaliser au maximum le staff, de transformer nos méthodes » et de changer le projet du club.

« Nous ne voulons pas être un club universitaire, mais le concept se rapproche de ça. En proposant une deuxième voie, car il n’y a pas que les centres de formation. Nous voulons fournir des entraînements de qualité à un profil de joueuses qui souhaitent poursuivre leurs études. »

Cette base fixée, elle va être associée à un développement à tous les échelons. Par exemple en se rapprochant de la cellule de recherche de l’université de Strasbourg.

« Il y a un gros travail à faire pour améliorer la structure existante, notamment dans la formation des moins de 13 ans et moins de 15 ans, poursuit Maxime Fistola. L’équipe “une” est la vitrine, mais le club a aussi une fonction sociale à remplir pour attirer les jeunes filles du quartier de Hautepierre. Nous allons y porter une attention particulière. »

L’ambition sportive de l’équipe de Nationale 1 viendra s’inscrire dans la continuité de ces jalons posés à différents niveaux. « L’objectif sera de proposer un jeu attrayant et innovant en mettant les joueuses au centre du projet pour qu’elles puissent s’épanouir et prendre du plaisir avant d’en donner aux spectateurs. À partir de là, on fait le pari que les résultats suivront. Ils seront une conséquence et non un but en soi. »

Début des réjouissances à la rentrée.

Source : DNA

Coupe d’Alsace – « L’ESSAHB et l’ASPTT s’imposent logiquement »

Les masculins de l’ESSAHB et les féminines de l’ASPTT Strasbourg ont logiquement remporté la Coupe d’Alsace. Mais en disposant difficilement, respectivement, de Cernay/Wattwiller (30-29) et de l’US Altkirch (34-30).

tanja_coupe_alsace_dna

Tanja Klaric et les Strasbourgeoises ont devancé l’US Altkirch d’Alexandra Florean et Ana-Maria Lazar qui évoluait avec un effectif limité. PHOTO DNA – Gaby Marck

Cette soirée finale s’est précisément déroulée dans la superbe salle de La Palestre dans la capitale du Sundgau.

Chez les masculins, le public a assisté à une rencontre serrée et de fin de saison.

Les effectifs, incomplets, en raison de nombreuses blessures, se sont livrés une belle bataille.

Si Théo Meyer, du côté de Cernay/Wattwiller, s’est longtemps montré efficace en attaque, ce n’est qu’au bout de 47 minutes de jeu que l’ESSAHB pense enfin avoir fait une petite différence après une réalisation d’Arthur Villen (25-22).

« Nous venons d’accomplir une belle saison »

Il n’en est rien. La formation de Milorad Davidovic revient au score (25-25 à la 53e ).

C’est le moment choisi par l’ESSAHB pour reprendre ses esprits. Les Bas-Rhinois s’éloignent à trois longueurs (28-25 à la 54e ) et même à quatre quand Maxime Baillet trouve l’ouverture (29-25 à la 55e ).

Malgré un baroud d’honneur, Cernay/Wattwiller échoue d’un petit but.

Au plus grand soulagement de l’entraîneur bas-rhinois, Bruno Boesch. « Cela a été un match compliqué avec un effectif remodelé pour l’occasion où nous avons perdu deux joueurs supplémentaires sur blessure. Mais nos gamins ont fait le travail pour s’imposer. Nous venons d’accomplir une belle saison avec cette Coupe d’Alsace et, surtout, avec la montée en D2. »

Clémence Louis en forme

Chez les féminines, à domicile, les joueuses de Robert Pallaro n’ont, une nouvelle fois, pas été loin de leurs adversaires de l’ASPTT Strasbourg.

Mais, comme en championnat, elles se sont inclinées. Une nouvelle fois, Amelia Busuioceanu et, par séquences, la gardienne Laura Selvaggio ont bien complété un jeu collectif séduisant.

Les Strasbourgeoises présentaient un effectif plus complet. Cela a permis à Cédric Amour, leur entraîneur, de faire tourner et, surtout, d’avoir des rotations pertinentes.

Après une première période équilibrée (15-17), les choses étaient tout aussi serrées pendant la première partie de la seconde période.

Mais le métier du trio formé samedi soir par Clémence Louis, Haby Badiane et Tanja Klaric a alors fait la différence dans le money-time.

Le score était pourtant toujours de parité quand Ana-Maria Lazar trouva l’ouverture à la 53e (28-28). Mais, deux buts de Clémence Louis et un autre de Fanny Philipp ont alors anéanti les espoirs de la formation de Robert Pallaro.

À noter également, la prestation intéressante de la seconde gardienne strasbourgeoise, Joanna Fussler (évoluant d’habitude avec la réserve en N3), qui a accompli plusieurs arrêts importants en seconde période. C’est finalement Clémence Louis qui boucle la marque (30-34).

À noter enfin que dans le match de milieu d’après-midi, chez les moins de 18 ans, qualificatif pour les championnats de France, c’est le CH Colmar qui a pris le meilleur sur une valeureuse formation de l’ASPTT Mulhouse/Rixheim.

ALTKIRCH 30 – ASPTT STRASBOURG 34

Mi-temps : 15-17. Salle de La Palestre à Altkirch. 400 specteurs. Arbitres: MM. Friess et Paulus.

ALTKIRCH: Selvaggio (12 arrêts) au but. Busuioceanu 12, Florean 8, Lazar 3, Simon 3, Welte 2, Ferlay-Bacout 1, Kayser 1, Kempf.

ASPTT STRASBOURG: Tubio (6 arrêts) et Fussler (5 arrêts) au but. Louis 7 buts, Philipp 6, Badiane 4, Begin 3, Ianasi 3, Klaric 3, Weibel 3, Soares 2, Schwartz 2, Madjidi 1.

Source : DNA

Trophée Jean-André / UJSF : les meilleurs joueurs alsaciens de la saison

yver_trophee

Yvernellie Kouelamambou

Le choix a été bien plus difficile chez les féminines. Le parcours exemplaire de l’ATH en Nationale 1 (20 victoires, 1 nul et 1 défaite) est le fruit d’un travail d’équipe exceptionnel. Mais l’une de ses joueuses s’est un peu plus démarquée que les autres : la gardienne Wendy Obein.

Dans le sillage de son excellente partenaire Margaux Cintrat, l’ex-internationale (6 sélections) a souvent mis le verrou en fin de rencontre pour porter son équipe jusqu’au titre. Derrière Obein, on retrouve les deux artilleuses Tanja Klaric (ASPTT Strasbourg, 6,3 buts par match) et Amélia Busuiocenau (Altkirch, 9,5 buts par match !)

Une autre gardienne a fait des merveilles à l’étage inférieur : Tracy Moura. La capitaine du HBC Kingersheim a été exemplaire tout au long de la saison et a entraîné toute une équipe qui profite de la refonte des championnats pour retrouver la Nationale 1. La réserve de l’ATH a connu un exercice un peu plus compliqué (8e ), mais Jade Cambus, elle, s’est éclatée. Troisième buteuse de la N2 (quasiment 8 buts par match), la jeune arrière (18 ans) a fait sa première apparition en équipe Une le week-end dernier. Sur la troisième marche du podium, on retrouve Florence Hemmerlin, seule Colmarienne à avoir surnagé lors du naufrage du CCA cette année, et Bénédicte Gabet-Pamart qui, à 41 ans, met un terme à plus de 20 saisons en championnat de France.

En N3, le feu follet strasbourgeois Anita Kieny a été la joueuse la plus en vue.

Dans ce dédale de joueurs et joueuses confirmés, les jeunes prennent toujours un peu plus de place. Jimmy Portes, qui a toqué cet été à la porte de l’ESSAHB, s’est de suite imposé à l’aile. Au point de devenir un pilier du groupe et de rejoindre l’équipe de France jeunes. Du côté des féminines, elles sont deux sur un pied d’égalité : Yvernellie Kouelamambou, qui s’est installée sur la base arrière de l’ASPTT Strasbourg en milieu de saison, et l’ailière du HBCK Amélie Herzog – supervisée par Dijon, Bourg-de-Péage et l’ATH  entre autres – ont crevé l’écran. Ces trois-là méritent amplement leur distinction “d’espoirs de l’année”.

Le palmarès

➤  Nationale 1

1. Wendy Obein (Achenheim/Truchtersheim, gardienne) ; 2. Tanja Klaric (ASPTT Strasbourg, demi-centre) ; 3. Amelia Busuioceanu (Altkirch, demi-centre)

➤  Nationale 2

1. Tracy Moura (HBC Kingersheim, gardienne) ; 2. Jade Cambus (ATH II, arrière gauche) ; 3. Florence Hemmerlin (Colmar CA, arrière) et Bénédicte Gabet-Pamart (ESSAHB, arrière gauche)

➤  Nationale 3

1. Anita Kieny (ASPTTS II, ailière gauche) ; 2. Célia Schneider (Reichstett, arrière) ; 3. Flavie Mehn (Seltz, arrière droit) et Élodie Muller (Eckbolsheim)

➤  Espoir

Yvernellie Kouelamambou (ASPTTS, arrière gauche) et Amélie Herzog (HBCK, ailière droite)