Club Handball Strasbourg ASPTT

N1F – « Une énergie positive »

Avec un tout nouveau staff et plusieurs nouvelles joueuses, l’ASPTT Strasbourg a changé d’orientation. En espérant se construire un bel avenir à partir de ce présent remodelé.

reprise_dna

Les Strasbourgeoises de l’ASPTT ont repris le chemin de l’entraînement.  PHOTO DNA – Ch.A.

Tout le monde ou presque se connaissait déjà. Mais ce mercredi soir au stade d’athlétisme de Hautepierre à Strasbourg, il s’agissait de se lancer avec appétit dans cette nouvelle ère. Le groupe était loin d’être au complet, mais il a bravé l’orage annoncé pour se diriger vers ses premiers tours de piste.

« On sent qu’il y a une énergie positive, raconte Maxime Fistola, le nouvel entraîneur orange en compagnie de Pierre Mangin. On est tous impatients et je suis curieux de voir comment la mayonnaise va prendre. On a essayé de penser à tout. Maintenant, y a plus qu’à… »

« Le projet commence à se colorer »

Le groupe a été quelque peu remodelé. En plus de Ninon Pora, Lisa Stritt et Adja Sylla, Aline Varinot (de retour en Alsace après avoir porté les couleurs de l’ATH entre 2010 et 2014) et Laura Soulé ont renforcé un effectif espéré complémentaire.

« Le projet commence à se colorer avec ce recrutement. Notre souhait était de réunir de jeunes joueuses en sortie de Pôle ou de centre de formation et d’autres plus expérimentées, d’installer ce mélange de générations. Notre objectif, à Pierre et moi, est atteint. Mais si l’on parle beaucoup des recrues, il ne faut pas oublier que la base du groupe de l’ASPTT reste là. »

Sixièmes du dernier championnat de Nationale 1, les Strasbourgeoises sont en quête d’un nouveau souffle. Mais avant d’observer les résultats, il s’agit de se lancer dans les travaux d’architecture.

« Les deux prochaines semaines vont êtres portées sur le travail physique, la prévention des blessures, avec l’objectif d’être en avance dans cette préparation pour pouvoir rapidement commencer à élaborer notre projet de jeu. Nous allons démarrer fort en recevant Metz II le 15 septembre, il faudra être tactiquement déjà en place. »

Le chantier est ouvert, il faudra désormais que chacun trouve sa place. « Pierre et moi, on est habité par ce nouveau projet, termine Maxime Fistola. On attend des joueuses qu’elles le soient au moins autant que nous en montrant du sérieux, de l’investissement, de l’engagement et même encore un peu plus, des choses inattendues, des idées. »

La nouvelle ASPTT a dessiné ses contours, l’esquisse a six semaines pour affiner la netteté de ses traits.

L’ASPTT en bref

Départs

Cédric Amour (entraîneur, Illkirch). Andreea Gras (arrêt), Ivana Gakidova (Saint-Maur), Marine Tubio (Thann/Steinbach).

Arrivées

Maxime Fistola et Pierre Mangin (entraîneurs). Aline Varinot (Rochechouart/Saint Junien), Ninon Pora (Yutz), Lisa Stritt (Reichstett), Laura Soulé (Jacou/Montpellier), Adja Sylla (reprise).

Le groupe

Gardiennes : Julie Chauffeteau, Lisa Stritt. Ailières gauche : Julie Lecourtois, Clémence Louis, Camille Schwartz. Arrières gauche : Fanny Philipp, Adja Sylla, Yvernellie Kouelamambou, Aline Varinot.

Demi-centre : Tanja Klaric, Ninon Pora. Arrière droite : Denisa Ianasi. Ailières droite : Élisa Soares, Laura Soulé. Pivots : Haby Badiane, Alicia Deghaud.

Matches amicaux

18 août à Épinal ; 21 août contre le Canada (18h30 ? au CSO) ; 24 août contre l’ATH (19h au CSO) ; 25 août contre Montigny (18h30 ? au CSO) ; 31 août, tournoi à Dieulouard.

Source : DNA

N1F – Laura Soulé s’engage avec les Oranges

L’effectif de la N1F commence sérieusement à prendre forme !

Les Oranges enregistre l’arrivée cette fois-ci de Laura Soulé, jeune ailière droite gauchère prometteuse de 18 ans. En provenance du sud et, plus particulièrement, du club de Jacou-Montpellier, avec lequel elle a validé une belle montée en N1. Un nouveau défi l’attend en Alsace, où elle alliera ses études à l’INSA avec une première saison en Nationale 1.

Découvrez son interview :

image1

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?  

Je m’appelle Laura Soulé j’ai 18 ans et je suis originaire de Toulouse mais j’ai rapidement emménagé à côté de Montpellier. 

Sur le plan scolaire je viens d’obtenir mon bac S et je vais commencer mes études à l’INSA de Strasbourg. Je travaille aussi en tant qu’animatrice pendant les périodes de vacances scolaires. 

Peux-tu nous raconter ton parcours handballistique ? 

J’ai appris à jouer au handball avec mon frère dans le club du village où je vis (c’est-à-dire Teyran) mais l’année suivante, à 11 ans, j’ai pris ma licence au club de Jacou qui est un très bon club pour les filles dans la région. C’est là-bas que j’ai quasiment tout appris. J’ai pu faire partie de l’équipe départementale puis de l’équipe régionale et, en 2015, j’ai intégré le Pôle Espoir de Nîmes. Durant cette première année j’ai eu l’honneur d’être sélectionnée en Equipe de France cadette où j’ai pu jouer contre la Roumanie. 

Cette saison je jouais en N2 sous les couleurs de l’entente entre le club de Jacou et le club féminin de Montpellier et nous avons même réussi à monter en N1 ! C’était vraiment incroyable. 

L’ASPTT Strasbourg, avec l’arrivée d’un nouveau staff (Maxime Fistola et Pierre Mangin), prépare un nouveau projet très prometteur, pourquoi avoir choisi de le rejoindre ? 

C’est grâce à mon entraîneur au pôle de Nîmes, Laurent Puigcegur, que j’ai pu entrer en contact avec Pierre qui m’a présenté ce superbe projet. Ce dernier est très ambitieux et il m’a tout de suite plu. En effet, pour moi c’est une chance de pouvoir envisager de jouer à un tel niveau tout en continuant de longues études. Je pense que l’expérience ne peut être que bénéfique pour moi et j’espère trouver ma place au sein de l’équipe pour profiter pleinement de ce nouveau projet !

Connais-tu déjà un peu la ville de Strasbourg ? 

A vrai dire, je ne la connais pas vraiment car je n’y suis allé qu’une fois afin de rencontrer Pierre et Jacqui. Mais c’est une ville vraiment très belle et qui m’a paru agréable, j’ai hâte de la découvrir.

Quels sont tes objectifs personnels et collectifs pour cette saison 2018-2019 ?

Personnellement je vois ce nouveau club et cette nouvelle équipe comme un moyen de découvrir une culture du handball peut être différente de celle du sud. J’ai encore beaucoup à apprendre, je veux donc continuer à progresser et pouvoir m’épanouir pleinement dans cette nouvelle équipe. 

Sur le plan collectif, je souhaite évidement pouvoir aider l’équipe à aller le plus loin possible mais aussi profiter du savoir de mes nouvelles coéquipières et de partager avec elles de bons moments. 

Et enfin, un petit mot pour nos supporters ?

Tout comme l’équipe, j’ai hâte de vous rencontrer et de vous voir nombreux à tous nos matchs pour nous supporter !

Le mot de Maxime Fistola :

Au même titre de Lisa Stritt et Ninon Pora, Laura, du haut des ses 18 ans, concrétise une fois de plus notre ambition de former de jeunes joueuses tout en leur permettant de poursuivre des études. Jeune ailière droite gauchère, Laura formera un binôme indispensable à l’équilibre de l’équipe avec Elisa Soares. Ses capacités physiques et son style de jeu correspondent pleinement au projet de jeu que nous sommes en train de construire. Avec le staff, nous allons tout faire pour la mettre dans des conditions optimales qui lui permettront de valider son année à l’INSA et de devenir une joueuse clef de N1.

Nous somme impatients de la voir porter nos couleurs !

Bienvenue chez les Oranges Laura !

Coupe d’Alsace – « L’ESSAHB et l’ASPTT s’imposent logiquement »

Les masculins de l’ESSAHB et les féminines de l’ASPTT Strasbourg ont logiquement remporté la Coupe d’Alsace. Mais en disposant difficilement, respectivement, de Cernay/Wattwiller (30-29) et de l’US Altkirch (34-30).

tanja_coupe_alsace_dna

Tanja Klaric et les Strasbourgeoises ont devancé l’US Altkirch d’Alexandra Florean et Ana-Maria Lazar qui évoluait avec un effectif limité. PHOTO DNA – Gaby Marck

Cette soirée finale s’est précisément déroulée dans la superbe salle de La Palestre dans la capitale du Sundgau.

Chez les masculins, le public a assisté à une rencontre serrée et de fin de saison.

Les effectifs, incomplets, en raison de nombreuses blessures, se sont livrés une belle bataille.

Si Théo Meyer, du côté de Cernay/Wattwiller, s’est longtemps montré efficace en attaque, ce n’est qu’au bout de 47 minutes de jeu que l’ESSAHB pense enfin avoir fait une petite différence après une réalisation d’Arthur Villen (25-22).

« Nous venons d’accomplir une belle saison »

Il n’en est rien. La formation de Milorad Davidovic revient au score (25-25 à la 53e ).

C’est le moment choisi par l’ESSAHB pour reprendre ses esprits. Les Bas-Rhinois s’éloignent à trois longueurs (28-25 à la 54e ) et même à quatre quand Maxime Baillet trouve l’ouverture (29-25 à la 55e ).

Malgré un baroud d’honneur, Cernay/Wattwiller échoue d’un petit but.

Au plus grand soulagement de l’entraîneur bas-rhinois, Bruno Boesch. « Cela a été un match compliqué avec un effectif remodelé pour l’occasion où nous avons perdu deux joueurs supplémentaires sur blessure. Mais nos gamins ont fait le travail pour s’imposer. Nous venons d’accomplir une belle saison avec cette Coupe d’Alsace et, surtout, avec la montée en D2. »

Clémence Louis en forme

Chez les féminines, à domicile, les joueuses de Robert Pallaro n’ont, une nouvelle fois, pas été loin de leurs adversaires de l’ASPTT Strasbourg.

Mais, comme en championnat, elles se sont inclinées. Une nouvelle fois, Amelia Busuioceanu et, par séquences, la gardienne Laura Selvaggio ont bien complété un jeu collectif séduisant.

Les Strasbourgeoises présentaient un effectif plus complet. Cela a permis à Cédric Amour, leur entraîneur, de faire tourner et, surtout, d’avoir des rotations pertinentes.

Après une première période équilibrée (15-17), les choses étaient tout aussi serrées pendant la première partie de la seconde période.

Mais le métier du trio formé samedi soir par Clémence Louis, Haby Badiane et Tanja Klaric a alors fait la différence dans le money-time.

Le score était pourtant toujours de parité quand Ana-Maria Lazar trouva l’ouverture à la 53e (28-28). Mais, deux buts de Clémence Louis et un autre de Fanny Philipp ont alors anéanti les espoirs de la formation de Robert Pallaro.

À noter également, la prestation intéressante de la seconde gardienne strasbourgeoise, Joanna Fussler (évoluant d’habitude avec la réserve en N3), qui a accompli plusieurs arrêts importants en seconde période. C’est finalement Clémence Louis qui boucle la marque (30-34).

À noter enfin que dans le match de milieu d’après-midi, chez les moins de 18 ans, qualificatif pour les championnats de France, c’est le CH Colmar qui a pris le meilleur sur une valeureuse formation de l’ASPTT Mulhouse/Rixheim.

ALTKIRCH 30 – ASPTT STRASBOURG 34

Mi-temps : 15-17. Salle de La Palestre à Altkirch. 400 specteurs. Arbitres: MM. Friess et Paulus.

ALTKIRCH: Selvaggio (12 arrêts) au but. Busuioceanu 12, Florean 8, Lazar 3, Simon 3, Welte 2, Ferlay-Bacout 1, Kayser 1, Kempf.

ASPTT STRASBOURG: Tubio (6 arrêts) et Fussler (5 arrêts) au but. Louis 7 buts, Philipp 6, Badiane 4, Begin 3, Ianasi 3, Klaric 3, Weibel 3, Soares 2, Schwartz 2, Madjidi 1.

Source : DNA

Trophée Jean-André / UJSF : les meilleurs joueurs alsaciens de la saison

yver_trophee

Yvernellie Kouelamambou

Le choix a été bien plus difficile chez les féminines. Le parcours exemplaire de l’ATH en Nationale 1 (20 victoires, 1 nul et 1 défaite) est le fruit d’un travail d’équipe exceptionnel. Mais l’une de ses joueuses s’est un peu plus démarquée que les autres : la gardienne Wendy Obein.

Dans le sillage de son excellente partenaire Margaux Cintrat, l’ex-internationale (6 sélections) a souvent mis le verrou en fin de rencontre pour porter son équipe jusqu’au titre. Derrière Obein, on retrouve les deux artilleuses Tanja Klaric (ASPTT Strasbourg, 6,3 buts par match) et Amélia Busuiocenau (Altkirch, 9,5 buts par match !)

Une autre gardienne a fait des merveilles à l’étage inférieur : Tracy Moura. La capitaine du HBC Kingersheim a été exemplaire tout au long de la saison et a entraîné toute une équipe qui profite de la refonte des championnats pour retrouver la Nationale 1. La réserve de l’ATH a connu un exercice un peu plus compliqué (8e ), mais Jade Cambus, elle, s’est éclatée. Troisième buteuse de la N2 (quasiment 8 buts par match), la jeune arrière (18 ans) a fait sa première apparition en équipe Une le week-end dernier. Sur la troisième marche du podium, on retrouve Florence Hemmerlin, seule Colmarienne à avoir surnagé lors du naufrage du CCA cette année, et Bénédicte Gabet-Pamart qui, à 41 ans, met un terme à plus de 20 saisons en championnat de France.

En N3, le feu follet strasbourgeois Anita Kieny a été la joueuse la plus en vue.

Dans ce dédale de joueurs et joueuses confirmés, les jeunes prennent toujours un peu plus de place. Jimmy Portes, qui a toqué cet été à la porte de l’ESSAHB, s’est de suite imposé à l’aile. Au point de devenir un pilier du groupe et de rejoindre l’équipe de France jeunes. Du côté des féminines, elles sont deux sur un pied d’égalité : Yvernellie Kouelamambou, qui s’est installée sur la base arrière de l’ASPTT Strasbourg en milieu de saison, et l’ailière du HBCK Amélie Herzog – supervisée par Dijon, Bourg-de-Péage et l’ATH  entre autres – ont crevé l’écran. Ces trois-là méritent amplement leur distinction “d’espoirs de l’année”.

Le palmarès

➤  Nationale 1

1. Wendy Obein (Achenheim/Truchtersheim, gardienne) ; 2. Tanja Klaric (ASPTT Strasbourg, demi-centre) ; 3. Amelia Busuioceanu (Altkirch, demi-centre)

➤  Nationale 2

1. Tracy Moura (HBC Kingersheim, gardienne) ; 2. Jade Cambus (ATH II, arrière gauche) ; 3. Florence Hemmerlin (Colmar CA, arrière) et Bénédicte Gabet-Pamart (ESSAHB, arrière gauche)

➤  Nationale 3

1. Anita Kieny (ASPTTS II, ailière gauche) ; 2. Célia Schneider (Reichstett, arrière) ; 3. Flavie Mehn (Seltz, arrière droit) et Élodie Muller (Eckbolsheim)

➤  Espoir

Yvernellie Kouelamambou (ASPTTS, arrière gauche) et Amélie Herzog (HBCK, ailière droite)