Club Handball Strasbourg ASPTT

N1F – « Une énergie positive »

Avec un tout nouveau staff et plusieurs nouvelles joueuses, l’ASPTT Strasbourg a changé d’orientation. En espérant se construire un bel avenir à partir de ce présent remodelé.

reprise_dna

Les Strasbourgeoises de l’ASPTT ont repris le chemin de l’entraînement.  PHOTO DNA – Ch.A.

Tout le monde ou presque se connaissait déjà. Mais ce mercredi soir au stade d’athlétisme de Hautepierre à Strasbourg, il s’agissait de se lancer avec appétit dans cette nouvelle ère. Le groupe était loin d’être au complet, mais il a bravé l’orage annoncé pour se diriger vers ses premiers tours de piste.

« On sent qu’il y a une énergie positive, raconte Maxime Fistola, le nouvel entraîneur orange en compagnie de Pierre Mangin. On est tous impatients et je suis curieux de voir comment la mayonnaise va prendre. On a essayé de penser à tout. Maintenant, y a plus qu’à… »

« Le projet commence à se colorer »

Le groupe a été quelque peu remodelé. En plus de Ninon Pora, Lisa Stritt et Adja Sylla, Aline Varinot (de retour en Alsace après avoir porté les couleurs de l’ATH entre 2010 et 2014) et Laura Soulé ont renforcé un effectif espéré complémentaire.

« Le projet commence à se colorer avec ce recrutement. Notre souhait était de réunir de jeunes joueuses en sortie de Pôle ou de centre de formation et d’autres plus expérimentées, d’installer ce mélange de générations. Notre objectif, à Pierre et moi, est atteint. Mais si l’on parle beaucoup des recrues, il ne faut pas oublier que la base du groupe de l’ASPTT reste là. »

Sixièmes du dernier championnat de Nationale 1, les Strasbourgeoises sont en quête d’un nouveau souffle. Mais avant d’observer les résultats, il s’agit de se lancer dans les travaux d’architecture.

« Les deux prochaines semaines vont êtres portées sur le travail physique, la prévention des blessures, avec l’objectif d’être en avance dans cette préparation pour pouvoir rapidement commencer à élaborer notre projet de jeu. Nous allons démarrer fort en recevant Metz II le 15 septembre, il faudra être tactiquement déjà en place. »

Le chantier est ouvert, il faudra désormais que chacun trouve sa place. « Pierre et moi, on est habité par ce nouveau projet, termine Maxime Fistola. On attend des joueuses qu’elles le soient au moins autant que nous en montrant du sérieux, de l’investissement, de l’engagement et même encore un peu plus, des choses inattendues, des idées. »

La nouvelle ASPTT a dessiné ses contours, l’esquisse a six semaines pour affiner la netteté de ses traits.

L’ASPTT en bref

Départs

Cédric Amour (entraîneur, Illkirch). Andreea Gras (arrêt), Ivana Gakidova (Saint-Maur), Marine Tubio (Thann/Steinbach).

Arrivées

Maxime Fistola et Pierre Mangin (entraîneurs). Aline Varinot (Rochechouart/Saint Junien), Ninon Pora (Yutz), Lisa Stritt (Reichstett), Laura Soulé (Jacou/Montpellier), Adja Sylla (reprise).

Le groupe

Gardiennes : Julie Chauffeteau, Lisa Stritt. Ailières gauche : Julie Lecourtois, Clémence Louis, Camille Schwartz. Arrières gauche : Fanny Philipp, Adja Sylla, Yvernellie Kouelamambou, Aline Varinot.

Demi-centre : Tanja Klaric, Ninon Pora. Arrière droite : Denisa Ianasi. Ailières droite : Élisa Soares, Laura Soulé. Pivots : Haby Badiane, Alicia Deghaud.

Matches amicaux

18 août à Épinal ; 21 août contre le Canada (18h30 ? au CSO) ; 24 août contre l’ATH (19h au CSO) ; 25 août contre Montigny (18h30 ? au CSO) ; 31 août, tournoi à Dieulouard.

Source : DNA

N1F – Laura Soulé s’engage avec les Oranges

L’effectif de la N1F commence sérieusement à prendre forme !

Les Oranges enregistre l’arrivée cette fois-ci de Laura Soulé, jeune ailière droite gauchère prometteuse de 18 ans. En provenance du sud et, plus particulièrement, du club de Jacou-Montpellier, avec lequel elle a validé une belle montée en N1. Un nouveau défi l’attend en Alsace, où elle alliera ses études à l’INSA avec une première saison en Nationale 1.

Découvrez son interview :

image1

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?  

Je m’appelle Laura Soulé j’ai 18 ans et je suis originaire de Toulouse mais j’ai rapidement emménagé à côté de Montpellier. 

Sur le plan scolaire je viens d’obtenir mon bac S et je vais commencer mes études à l’INSA de Strasbourg. Je travaille aussi en tant qu’animatrice pendant les périodes de vacances scolaires. 

Peux-tu nous raconter ton parcours handballistique ? 

J’ai appris à jouer au handball avec mon frère dans le club du village où je vis (c’est-à-dire Teyran) mais l’année suivante, à 11 ans, j’ai pris ma licence au club de Jacou qui est un très bon club pour les filles dans la région. C’est là-bas que j’ai quasiment tout appris. J’ai pu faire partie de l’équipe départementale puis de l’équipe régionale et, en 2015, j’ai intégré le Pôle Espoir de Nîmes. Durant cette première année j’ai eu l’honneur d’être sélectionnée en Equipe de France cadette où j’ai pu jouer contre la Roumanie. 

Cette saison je jouais en N2 sous les couleurs de l’entente entre le club de Jacou et le club féminin de Montpellier et nous avons même réussi à monter en N1 ! C’était vraiment incroyable. 

L’ASPTT Strasbourg, avec l’arrivée d’un nouveau staff (Maxime Fistola et Pierre Mangin), prépare un nouveau projet très prometteur, pourquoi avoir choisi de le rejoindre ? 

C’est grâce à mon entraîneur au pôle de Nîmes, Laurent Puigcegur, que j’ai pu entrer en contact avec Pierre qui m’a présenté ce superbe projet. Ce dernier est très ambitieux et il m’a tout de suite plu. En effet, pour moi c’est une chance de pouvoir envisager de jouer à un tel niveau tout en continuant de longues études. Je pense que l’expérience ne peut être que bénéfique pour moi et j’espère trouver ma place au sein de l’équipe pour profiter pleinement de ce nouveau projet !

Connais-tu déjà un peu la ville de Strasbourg ? 

A vrai dire, je ne la connais pas vraiment car je n’y suis allé qu’une fois afin de rencontrer Pierre et Jacqui. Mais c’est une ville vraiment très belle et qui m’a paru agréable, j’ai hâte de la découvrir.

Quels sont tes objectifs personnels et collectifs pour cette saison 2018-2019 ?

Personnellement je vois ce nouveau club et cette nouvelle équipe comme un moyen de découvrir une culture du handball peut être différente de celle du sud. J’ai encore beaucoup à apprendre, je veux donc continuer à progresser et pouvoir m’épanouir pleinement dans cette nouvelle équipe. 

Sur le plan collectif, je souhaite évidement pouvoir aider l’équipe à aller le plus loin possible mais aussi profiter du savoir de mes nouvelles coéquipières et de partager avec elles de bons moments. 

Et enfin, un petit mot pour nos supporters ?

Tout comme l’équipe, j’ai hâte de vous rencontrer et de vous voir nombreux à tous nos matchs pour nous supporter !

Le mot de Maxime Fistola :

Au même titre de Lisa Stritt et Ninon Pora, Laura, du haut des ses 18 ans, concrétise une fois de plus notre ambition de former de jeunes joueuses tout en leur permettant de poursuivre des études. Jeune ailière droite gauchère, Laura formera un binôme indispensable à l’équilibre de l’équipe avec Elisa Soares. Ses capacités physiques et son style de jeu correspondent pleinement au projet de jeu que nous sommes en train de construire. Avec le staff, nous allons tout faire pour la mettre dans des conditions optimales qui lui permettront de valider son année à l’INSA et de devenir une joueuse clef de N1.

Nous somme impatients de la voir porter nos couleurs !

Bienvenue chez les Oranges Laura !

N1F – Aline Varinot de retour en Alsace

Pour les amateurs de hand alsacien, cette nouvelle arrivée ne passe pas inaperçue. De retour en Alsace pour des raisons professionnelles et personnelles, Aline Varinot à choisi le projet de l’ASPTT Strasbourg, porté par Maxime Fistola et Pierre Mangin.

Après avoir quitté l’Alsace, et l’ATH, Aline a continué à engranger une énorme expérience handballistique en passant par Chambray en D2 où elle a connu une montée en D1, puis en évoluant les 2 dernières saisons à Rochechouart St-Junien en N1.

Découvrez son interview ci-dessous :

37882284_127830918139881_8600816527299575808_n

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?  

Bonjour ! Je m’appelle Aline Varinot, j’ai 28 ans et je suis née à Strasbourg car mon papa était gardien de handball au Racing Club de Strasbourg dans les années 80. Mais nous sommes très vite repartis en Lorraine à ma naissance. Je suis revenue en Alsace à mes 20 ans, pour intégrer l’équipe de Achenheim Truchtersheim Handball durant 4 belles années ! Je me suis toujours dis depuis que je souhaitais revenir construire mon avenir dans cette belle région pour laquelle j’ai eu un gros coup de coeur. Après avoir bougé et avoir eu la chance de pouvoir toujours allier mon parcours handballistique et scolaire, qui a toujours été la priorité, j’ai souhaité revenir poser définitivement mes valises cette année, pour des raisons personnelles et professionnelles. 

Peux-tu nous raconter ton parcours handballistique ? 

J’ai commencé le handball au club de l’Asptt Bar-le-Duc, à l’âge de 10 ans après avoir tenté de multiples activités sportives, improbables pour mon gabarit 😉 !  (gym, danse, ping-pong). À 13 ans, j’ai intégré le Pôle espoir de Metz où je suis restée jusqu’à la Terminale. À 18 ans, je suis partie en centre de formation au club du Cercle Dijon Bourgogne durant 2 ans avant de rejoindre l’équipe de l’ATH durant 4 ans, où j’ai eu la chance de vivre une montée en Division 2. J’ai migré ensuite au club de Chambray-les-Tours durant 2 ans où j’ai également eu la chance de vivre une montée en Division 1. 

À 26 ans, étant en fin d’études, j’ai eu la merveilleuse opportunité d’allier Handball et premier travail (chargée de mission Développement Durable au sein d’une collectivité) sur le territoire du club du ROCASSJ Handball en N1, allias  »Les Panthères de Feu ». 

En somme, que de très belles expériences ! 

L’ASPTT Strasbourg, avec l’arrivée d’un nouveau staff (Maxime Fistola et Pierre Mangin), prépare un nouveau projet très prometteur, pourquoi avoir choisi de le rejoindre ? 

Je reviens de loin, puisque j’avais annoncé officiellement ma fin de carrière en fin de saison… Mais il n’y a pas de hasard. Le nouveau staff m’a présenté ce beau projet, avec comme objectifs de transmettre et de communiquer des valeurs simples, d’accompagner la formation de jeunes joueuses ambitieuses et talentueuses, de produire du beau Handball et de se faire plaisir en tant que pratiquant mais également en tant que spectateur ! Le binôme de Pierre et Maxime me paraît plus que prometteur et l’on retrouve également cette logique de travail en transversalité et de transmission de savoir-faire, et je trouve cela plus qu’intéressant. En bref, c’est un projet qui m’a immédiatement séduite. 

Quels sont tes objectifs personnels et collectifs pour cette saison 2018-2019 ? 

Mes objectifs personnels rejoignent indéniablement mes objectifs collectifs. Donner le meilleur de moi-même pour ma future équipe et mon futur club, afin que nous puissions tous ensemble nous faire plaisir, et également procurer du plaisir à nos supporters. 

Bien sûr, dans plaisir, il y a victoire, surtout lorsque l’on est compétiteur…. donc l’un de mes premiers objectifs collectifs est de participer au mieux à la construction d’une équipe qui sera capable de gagner le plus de match possible ! Ensuite, toujours cette logique de partage et de transmission de savoirs entre coéquipières et staff !

Et enfin, un petit mot pour nos supporters ?

Je suis très contente de retrouver un public alsacien et j’ai déjà hâte de commencer cette nouvelle saison ! 

Nous vous attendons nombreux pour venir soutenir le sport alsacien (du Grand Est maintenant !) et pour partager avec vous des moments de suspense, de joie, peut être de tristesse parfois mais nous vous en promettons le moins possible, et de plaisir. 

Toujours le plaisir. 

Alors à bientôt ! 

Le mot de Maxime Fistola :  

Dès nos premiers échanges avec Aline, nous savions que notre projet et ses attentes allaient se rejoindre. Sur le plan sportif, son expérience est plus que solide, puisqu’elle a connu la D2 et sa dernière saison à Rochechouart, en N1, n’en est que la confirmation. Mais plus que l’aspect sportif, c’est une joueuse qui représente pour nous force, engagement, motivation, sérénité, respect, … toutes ces valeurs que nous voulons véhiculer au sein du club. Il s’agit d’un profil qui nous permet de boucler la boucle d’un point de vue effectif.

La voir porter nos couleurs pour la prochaine saison est un réel plaisir aussi bien pour le staff que pour les joueuses, et bien sûr les spectateurs !

Bienvenue à toi Aline, et bonne saison en Orange !

N1F – Lisa Stritt rejoint l’ASPTT Strasbourg

lisa2

Après avoir fait toutes ses gammes à Reichstett, la jeune gardienne à choisi de rejoindre le projet strasbourgeois pour la saison 2018/2019. Après les départs de Marine Tubio et d’Andreea Gras, elle formera avec Julie Chauffeteau un binôme très explosif !

Découvrez son interview ci-dessous :

Peux-tu te présenter en quelques lignes ? 

Je m’appelle Lisa Stritt, je viens de Reichstett, j’ai 18 ans et je sors d’un bac pro commerce.

Peux-tu nous raconter ton parcours handballistique ?

J’ai commencé le hand à 6 ans à Reichstett. Cette saison nous avons fini 5e de N3, pas loin derrière la réserve Orange . J’ai joué toutes mes saisons là-bas jusqu’à maintenant où j’ai fait le choix de rejoindre les Oranges.

J’ai déjà fait quelques stages nationaux lorsque j’étais au Pôle Espoir. J’ai eu la chance de participer à un tournoi amical contre la Roumanie avec l’équipe de France Jeunes, en remplacement d’une gardienne inapte à jouer.

L’ASPTT Strasbourg, avec l’arrivée d’un nouveau staff (Maxime Fistola et Pierre Mangin), prépare un nouveau projet très prometteur, pourquoi avoir choisi de le rejoindre ? 

J’ai décidé de rejoindre le projet car tout d’abord j’ai confiance en Maxime et Pierre. Le projet est très intéressant et c’est très excitant de pouvoir peut être le concrétiser avec une nouvelle équipe !

Quels sont tes objectifs personnels et collectifs pour cette saison 2018-2019 ?

J’aimerais voir jusqu’où je peux aller dans mes capacités physiques et surtout progresser encore sur mon poste de gardienne avec, je l’espère l’aide de Julie (Chauffeteau) et du reste de l’équipe !

J’espère apporter à ma nouvelle équipe ce que j’ai su apporter à l’équipe de Reichstett.

Et enfin, un petit mot pour nos supporters ?

On vous donne rendez-vous en Septembre pour une nouvelle saison riche en divertissement, avec un nouveau staff et notre équipe de l’ASPTT Strasbourg. On vous attend nombreux !!

Le mot de Maxime Fistola:

Cela fait déjà deux saisons que Lisa Stritt suscite mon intérêt et celui du club. Tout comme Ninon Pora, son profil correspond au projet d’étoffer notre collectif avec de jeunes joueuses formées dans notre région. C’est selon moi l’une des gardiennes les plus prometteuses de sa génération sur le plateau Alsacien. Lorsque je travaillais avec elle sur sa dernière année de pôle, ses capacités à stopper les offensives adverses et de vite permettre à l’équipe de se projeter vers l’avant m’ont toujours surpris.

Bienvenue chez les Oranges Lisa !

 

N1F – Ninon Pora rejoint l’ASPTT Strasbourg

ninon1

La jeune demi-centre de Yutz, 17 ans, s’engage avec les Oranges pour cette saison 2018-2019. Associée à l’indéboulonnable Tanja Klaric sur le poste de demi-centre, Ninon arrive en Alsace pour montrer toute l’étendue de son talent et de sa fougue.

Après une saison compliquée avec Yutz en D2, la jeune internationale sera le fer de lance de ce nouveau projet strasbourgeois plus que prometteur !

Découvrez son interview ci-dessous :

Peux-tu te présenter en quelques lignes ? 

Je m’appelle Ninon PORA, je vais avoir 18 ans en septembre. Je viens de Sanzey un petit village à 30 minutes de Nancy. Je fais mes études à Metz car je suis au Pôle Espoir. Après mon bac je souhaite intégrer une classe préparatoire au concours d’infirmière.

Peux-tu nous raconter ton parcours handballistique ?

J’ai commencé le hand à 11 ans au club de Toul, j’y ai vite intégré l’équipe de Meurthe et Moselle. Je suis ensuite passée par le SMEPS, puis je suis entrée au Pôle Espoire.

J’ai rejoint le club de Pagny sur Moselle avec lequel j’ai été Championne de France Honneur. Je suis ensuite allée jouer à Blenod les Pont à Mousson en Nationale 3, et la même année mes sélections en équipe de France Jeune on débuté. J’ai eu l’opportunité de participer aux Championnats d’Europe où nous avons fini 4ème.

Enfin, j’ai rejoint l’équipe de Yutz en D2 pour lors de la saison 2017/2018, une saison quelque peu compliquée.

J’ai donc choisi, pour la saison 2018/2019, de porter le maillot Orange de l’ASPTT Strasbourg !

L’ASPTT Strasbourg, avec l’arrivée d’un nouveau staff (Maxime Fistola et Pierre Mangin), prépare un nouveau projet très prometteur, pourquoi avoir choisi de le rejoindre ? 

C’est vrai que l’ASPTT présente un projet solide avec de réelles ambitions.

J’ai choisi ce projet car je peux poursuivre mes études tout en continuant à jouer au handball à un très bon niveau. Nous avons pour ambition de monter en D2 dans un avenir proche c’est un très grand projet et pour moi un vrai challenge.

Quels sont tes objectifs personnels et collectifs pour cette saison 2018-2019 ?

Mes objectifs personnels : travailler, progresser, apporter mes qualités à mon équipe

Mes objectifs collectifs : Gagner tous les matchs, monter en D2, partager de bons moments collectivement

Connais-tu déjà un peu la ville de Strasbourg ?

Non je ne connais pas trop la ville de Strasbourg, ça sera l’occasion de visiter cette belle ville.

Et enfin, un petit mot pour nos supporters ?

Venez nombreux nous soutenir avec beaucoup de fair-play et d’humilité.

Le mot de Maxime Fistola:

Ninon Pora représente par parfaitement le projet du club d’accueillir de jeunes joueuses formées localement en leur garantissant sport de haut niveau et suivi scolaire (étude supérieures) de qualité. Sportivement, Ninon a la capacité de dynamiser le jeu offensif et de l’organiser avec une facilité déconcertante pour ses adversaires. Sortie du Pôle d’Excellence avec une formation de qualité, joueuse de D2 sur sa dernière saison et actuellement en équipe de France jeune, Ninon sait déjà gérer la pression des enjeux.

Bienvenue chez les Oranges Ninon !

 

N1F – « L’ASPTT change de voie »

Maxime Fistola et Pierre Mangin vont prendre place la saison prochaine sur le banc de touche de l’ASPTT Strasbourg (Nationale 1), succédant à Cédric Amour et Pascal Schwartz, pour entamer une nouvelle phase de la vie du club.

max_pierre_dna

Maxime Fistola (à gauche) et Pierre Mangin sont les nouveaux entraîneurs de l’ASPTT Strasbourg. PHOTO DNA – Ch.A.

L’association peut surprendre, elle s’annonce surtout complémentaire entre deux hommes aux parcours et aux profils assez différents.

Au premier plan se trouvera Maxime Fistola, 27 ans, originaire de Fameck en Lorraine. Jusque-là aux commandes des moins de 18 ans de l’ASPTT, préparateur physique de la “une” et du Pôle Espoirs féminin, il vient de boucler son Master “Entraînement sport et santé”. « Ce sera lui qui sera debout devant le banc de touche, moi j’essaierai de rester assis », s’amuse Pierre Mangin.

« Transformer nos méthodes »

Car cette figure du handball alsacien, 68 ans, sera l’autre membre de ce binôme. Champion de France avec le regretté Racing, celui qui a « entraîné à tous les niveaux », « professeur d’éducation physique de métier », a derrière lui une riche carrière, marquée par ses passages à la tête du Pôle masculin et à la Fédération comme responsable de filière et entraîneur de l’équipe de France jeunes féminines.

« Mais le tout premier club où j’ai joué à Strasbourg était l’ASPTT en 1973 quand je faisais mon service militaire à Kehl. C’est une façon de boucler la boucle, mais ce qui m’a motivé c’est la rencontre avec Maxime, de pouvoir accompagner un jeune dans sa formation pour lui amener mon expérience. » Ce dernier a « soif d’apprendre en ayant le plaisir de grandir au côté de Pierre Mangin ».

« Les résultats seront une conséquence et non un but en soi »

Le but du tandem est de « professionnaliser au maximum le staff, de transformer nos méthodes » et de changer le projet du club.

« Nous ne voulons pas être un club universitaire, mais le concept se rapproche de ça. En proposant une deuxième voie, car il n’y a pas que les centres de formation. Nous voulons fournir des entraînements de qualité à un profil de joueuses qui souhaitent poursuivre leurs études. »

Cette base fixée, elle va être associée à un développement à tous les échelons. Par exemple en se rapprochant de la cellule de recherche de l’université de Strasbourg.

« Il y a un gros travail à faire pour améliorer la structure existante, notamment dans la formation des moins de 13 ans et moins de 15 ans, poursuit Maxime Fistola. L’équipe “une” est la vitrine, mais le club a aussi une fonction sociale à remplir pour attirer les jeunes filles du quartier de Hautepierre. Nous allons y porter une attention particulière. »

L’ambition sportive de l’équipe de Nationale 1 viendra s’inscrire dans la continuité de ces jalons posés à différents niveaux. « L’objectif sera de proposer un jeu attrayant et innovant en mettant les joueuses au centre du projet pour qu’elles puissent s’épanouir et prendre du plaisir avant d’en donner aux spectateurs. À partir de là, on fait le pari que les résultats suivront. Ils seront une conséquence et non un but en soi. »

Début des réjouissances à la rentrée.

Source : DNA