Archives/Auteur: Handball ASPTT Strasbourg

N3F – Trop de perturbations

La réserve de l’ASPTT a bafouillé son handball durant ce match du haut de tableau contre Mamirolle et se trouve retardée dans la course à la première place.

asptt-mamirolle-dna

Les Strasbourgeoises ont manqué de justesse samedi soir contre Mamirolle. PHOTO DNA – Ch.A.

Une circulation de balle très hésitante pénalise grandement le jeu de l’ASPTT II durant tout le début de partie. Des passes mal assurées permettent de laisser le champ libre à Mamirolle.

Les visiteuses, plus disciplinées, enchaînent les phases plaisantes, mais manquent d’efficacité, beaucoup de leurs tirs ne trouvant pas le cadre. Cela permet malgré tout aux Strasbourgeoises d’avoir le temps de se refaire, de se poser dans leur match, même si l’évolution du score est défavorable : 1-4 (8e ), 3-7 (12e ), 5-9 (17e ).

Grâce à quelques séquences pétillantes, avec Anita Kieny et Alblavie Mwadi Kabamba à la conclusion, l’ASPTT II se rapproche : 8-9 (19e ). Mais l’effort n’est pas prolongé et c’est plutôt logiquement que Mamirolle se retrouve en tête à la pause : 10-14.

« On a joué à l’envers »

En seconde période, les Strasbourgeoises vont toujours être en quête de constance. Chaque fois qu’elles se trouvent en position de pouvoir recoller au score, l’édifice s’effrite de nouveau. Comme à 14-16 (42e ), après avoir inscrit un “3-0”. Comme à 16-18 (48e ). Comme enfin à 20-22 (57e ).

L’impression générale est que la réserve de l’ASPTT a perdu ce match au sommet sans s’être réellement livrée, sans avoir vraiment pu disputer ses chances tant son jeu aura été parasité par de multiples petites erreurs très pénalisantes.

« Je suis très remonté, dira Damien Cerno, le coach de la réserve. C’est encore un match que l’on perd en l’offrant à notre adversaire pour avoir très peu respecté les consignes. Tout l’inverse de ce que l’on a montré à Reichstett la semaine dernière. D’une journée à l’autre, on est complètement irrégulier. On a joué à l’envers, perdu trop de ballons simples. Ce match, on le perd en première mi-temps à force de courir après le score. Et même si on revient plusieurs fois à -2, c’est pour ensuite se précipiter de nouveau. Maintenant, on reste tout de même dans la course au titre même si ce sera un peu plus compliqué. »

Avec la nouvelle défaite de Montbéliard, l’ex-leader, les cartes ont encore été rebattues. L’ASPTT II (4e ) est à deux points de la première place désormais partagée par Pontarlier et… Mamirolle. Tout est ouvert, tout reste à faire.

ASPTT STRASBOURG II 21 vs MAMIROLLE 23

Mi-temps: 10-14. Arbitres: MM. Jankowski et Ott. 60 spectateurs.

ASPTT STRASBOURG II: Fussler (1-30e , 9 arrêts dont 1 pen.) et Muller (31-60e , 8 arrêts) au but. Jung, Laignel-Geng 1, Denis, Mwadi Kabamba 4 dont 1 pen., Larche 3 pen., Begin 3, Weibel 1, Diakhon 2, Kieny 7.

MAMIROLLE: Grandjacquet (1-20e , 1 arrêt) et Vardanega (21-60e , 9 arrêts) au but. Billot 3, Gorrier 1, Q. Locatelli, Triboulet 2, Vaz 3, Grillet, A. Locatelli 3, Viennet 7 dont 3 pen., Gusching 2 dont 1 pen., Amiot 2.

Source : DNA

N1F – « Final gagnant »

À défaut d’aisance, les Strasbourgeoises ont su faire preuve de caractère pour s’imposer dans les derniers instants de ce match contre La Motte-Servolex.

asptt-lamotte-dna

Les Strasbourgeoises ont su sortir gagnantes d’une fin de match à suspense. PHOTO DNA – Ch.A.

La base arrière dégarnie avec les absences de Denisa Ianasi et Fanny Philipp, blessées, l’ASPTT privilégie le jeu au près en début de partie, enchaînant les petites passes pour trouver des brèches. Sans beaucoup de succès : 0-3, 1-4 (5e ).

Mais Yvernellie Kouelamambou, elle, pleine du culot, parvient à trouver sa place à distance ainsi que les filets adverses : 7-7 (19e ). Ivana Gakidova, sur penalty, Clémence Louis ou encore Julie Lecourtois permettent à l’ASPTT de rivaliser. Mais pas davantage. La Motte-Servolex, manquant pourtant parfois de réussite et de percussion, s’accroche, entretient l’option du possible exploit : 13-12 à la pause.

La reprise est plus entreprenante pour les Strasbourgeoises qui semblent maintenant pouvoir s’échapper durablement : 16-13 (34e ) et 19-16 (40e ). Mais les Savoyardes reviennent : 20-20 (47e ) et les égalités s’enchaînent désormais. Alors, faisons une avance rapide jusqu’aux dernières minutes.

La Motte-Servolex pensait probablement avoir fait le plus dur en se faufilant en tête à la 59 : 25-26. Mais ce sont bien les Strasbourgeoises qui vont faire preuve de plus de lucidité dans ces derniers instants. Clémence Louis commence d’abord par égaliser (26-26) depuis son aile gauche.

Il reste alors 50 secondes à jouer. Les visiteuses manquent leur attaque à venir, surtout, Emma Drevon commet une faute grossière sur Élisa Soares à 30 mètres de son propre but pour bloquer la relance. Très lourde de conséquences puisqu’on se situe dans la dernière minute. Disqualification et penalty pour l’ASPTT comme l’exige le règlement.

Il reste maintenant 28 secondes à jouer. Ivana Gakidova, la shooteuse “officielle”, quasi impeccable dans l’exercice avec un… 8 sur 9 venait de connaître son seul échec à la 57e. C’est donc Tanja Klaric qui se présente seule face au but. Sans trembler, elle propulse son équipe en tête (27-26).

« Mais que ce fut dur ! »

La Motte-Servolex a cependant encore 18 secondes pour arracher le nul, mais va trop tergiverser. Et Tanja Klaric, façon Allison Pineau contre la Suède lors du dernier Mondial, va provoquer un improbable passage en force libérateur.

Sur le papier, une victoire de l’ASPTT était sans doute programmée par tous les pronostiqueurs. L’histoire de ce match l’a rendue effective, mais surtout bien plus savoureuse que prévu.

« C’est une victoire à l’arraché, d’un but d’écart, souffle Cédric Amour, l’entraîneur de l’ASPTT. Cela aura été compliqué tout le match. On a manqué de réussite en première mi-temps, mais on a eu le mérite de ne pas lâcher. En seconde, quand on se retrouve à +3, on pensait avoir fait le trou, mais notre adversaire est revenu et on s’est répondu du tac au tac. On gagne sur un penalty et une défense de Tanja (Klaric). Toute l’équipe a dû s’employer et s’imposer de cette façon fait du bien au moral. Mais que ce fut dur ! »

ASPTT Strasbourg 27 vs La Motte-Servolex  26

Mi-temps: 13-12. Arbitres: MM. Gaudissard et Merchdi. 100 spectateurs.

ASPTT STRASBOURG: Chauffeteau (1-30e , 6 arrêts) et Tubio (31-60e , 9 arrêts) au but. Soares 2/5, Lecourtois 3/6, Klaric 3/7 dont 1/1 pen., Badiane 0/1, Kouelamambou 5/15, Louis 5/7, Deghaud 1/1, Gakidova 8/9 dont 7/8 pen.

LA MOTTE-SERVOLEX: Ouvrard (1-39e , 6 arrêts) et Chatellet (40-60e , 8 dont 1 pen.) au but. Devron 2/4, Vidalie 6/13, Finnaz 8/10 dont 5/5 pen., Follain 2/11, Faucon-Biguet, Coudurier 1/2, Leger 4/8, Travers 2/3, Richard 1/2. Disqualification: Devron (60e ).

Source : DNA

N3F – « Entre dauphins »

La réserve de l’ASPTT dispute un match important ce soir contre Mamirolle, qui se situe à son niveau, tout près de la première place.

C’est étonnant de constater la parfaite similitude des parcours de ces deux équipes. L’ASPTT Strasbourg II et Mamirolle ont débuté leur championnat par deux victoires avant de chuter deux fois (avec Montbéliard en point commun) et de remporter ensuite cinq victoires d’affilée.

Elles présentent donc fort logiquement le même bilan, en compagnie de Pontarlier, et se situent à un point du leader, Montbéliard. Cela suffit à poser l’enjeu de cette partie.

« Cela se jouera au mental et à l’envie »

« C’est un match important, résume Damien Cerno, l’entraîneur de l’ASPTT II. La défaite de Montbéliard la semaine dernière a resserré les choses. Nous sommes cinq à nous tenir dans un mouchoir de poche. À la moindre erreur, on peut se retrouver dans le ventre mou. C’est l’équipe la plus régulière qui obtiendra la première place. »

Les Strasbourgeoises ont réussi leur match de rentrée à Reichstett samedi dernier (19-24). « On ne partait pas dans les meilleures conditions avec plusieurs joueuses blessées, mais ce que j’ai trouvé très intéressant, c’est la flamme qui animait les filles. On savait que ça allait aussi se jouer au mental, les consignes spécifiques ont été respectées et on avait encore des réserves dans le dernier quart d’heure. »

Une préparation parfaite en somme pour aborder le match de ce soir face à un adversaire « qui a disputé le barrage d’accession en N2 l’an dernier et contre lequel on avait perdu deux fois ». Car il faudra y mettre les mêmes ingrédients. « Cela se jouera encore au mental et à l’envie. Et ce match est à notre portée si on propose notre jeu comme on sait le faire. »

Coup d’envoi 18h30, Centre sportif ouest.

Source : DNA

N1F – « Serrer les rangs »

Battue à Saint-Étienne la semaine dernière, l’ASPTT Strasbourg va devoir réagir immédiatement en recevant La Motte-Servolex, une autre équipe du bas de tableau.

tanja_lamotte_dna

En l’absence de Denisa Ianasi et Fanny Philipp, l’ASPTT Strasbourg aura une nouvelle fois besoin d’une lumineuse Tanja Klaric. PHOTO DNA – Marc ROLLMANN

Janvier ne se passe pas tout à fait comme prévu pour les Strasbourgeoises. Le premier match de l’année a été perdu de façon inattendue à Saint-Étienne, surtout, elles vont devoir se passer des services de Denisa Ianasi et Fanny Philipp, blessées au tendon d’Achille et aux ischios, durant cinq longues semaines.

« Cela a été pénalisant le week-end dernier, car on n’avait pas vraiment de solution de repli, explique Cédric Amour, l’entraîneur de l’ASPTT. Mais, malgré notre effectif réduit, on avait toutes les cartes en main pour s’imposer à Saint-Étienne. Avec onze échecs au tir à six mètres en seconde période, on ne peut s’en vouloir qu’à nous-mêmes. »

« Essayer de faire au mieux »

Le groupe strasbourgeois sera encore réduit ce soir. « On gère comme on peut. Ce sont les aléas du sport. C’est un moment difficile pour l’équipe, mentalement aussi. Certaines filles se retrouvent à des postes inhabituels. »

Contre La Motte-Servolex (10e avec 2 victoires, 1 nul et 6 défaites) – « C’est une équipe qui a des résultats assez aléatoires » –, l’ASPTT devra serrer le jeu, limiter les erreurs pour éviter de vivre deux fois la même mésaventure, car cela reste malgré tout un match clairement à sa portée.

« Nous allons essayer de faire au mieux, de gérer aussi bien nos temps forts que nos temps faibles. Nous serons chez nous, c’est toujours plus simple, même si je m’attends à un match compliqué. »

La défaite de la semaine dernière a éloigné un peu plus les Strasbourgeoises (5es ) du groupe de tête, laissant le rôle de trouble-fête à Palente, leur adversaire de la semaine prochaine. Alors, malgré les circonstances, il faudra prendre ces trois points pour rester dans la course.

« Le mois de janvier s’annonce très compliqué, cela risque de fausser la donne et de rendre notre objectif difficile à atteindre. Mais on va essayer de limiter la casse. On est rentré frustré de Saint-Étienne, on va faire le maximum pour jouer crânement notre chance. »

Coup d’envoi 20h30, Centre sportif ouest.

Source : DNA

N3F – Logique respectée

L’ASPTT II, troisième au classement, a fait respecter la hiérarchie en s’imposant logiquement à Reichstett.

reichstett-asptt_DNA

Si ce derby a été longtemps serré, l’ASPTT II a fait une nette différence en fin de match à Reichstett. Photo DNA – Cédric Joubert

La rencontre ne se présente pas sous les meilleurs auspices pour Reichstett, puisque Sophie Schoepf se fait une entorse à la cheville pendant l’échauffement.

Le début de match est équilibré, les deux équipes sont à égalité : 2-2 à la 5e. Reichstett prend un petit avantage suite à deux contre-attaques lancées par sa gardienne, Lisa Stritt. Les Postières manquent de réussite au tir, mais parviennent à y remédier assez rapidement pour égaliser à la 12e.

Aucune équipe ne veut lâcher l’affaire

C’est au tour des locales de gaspiller des ballons d’attaque ou “d’arroser” le but adverse sans trop de conséquences au score. Le mauvais passage est de courte durée. En trouvant des solutions aux six mètres, Reichstett repasse devant à la marque et profite ensuite d’un petit relâchement défensif des “Oranges” pour mener 9-7 à la 20e.

Le ballon voyage d’un camp à l’autre, les deux gardiennes, Camille Weiss et Joanna Fussler, se mettent en évidence. L’ASPTT II accélère, appuie de plus en plus ses attaques et réalise un “0-4” pour prendre à son tour deux longueurs d’avance. Pendant ce temps, les Reichstettoises se montrent inefficaces pendant huit longues minutes avant de parvenir à interrompre cette période de disette à la 28e. Chaque équipe marquera encore une fois avant la mi-temps sifflée sur le score de 11-12.

Après le repos, Reichstett est toujours légèrement distancé et ce sont les Strasbourgeoises qui imposent le rythme. Les “Rouges” s’accrochent grâce à Marie Giesi au pivot : 16-17 (42e ).

La partie reste très serrée, le score n’évolue plus, aucune équipe ne veut lâcher l’affaire. L’égalisation survient à la 45epar l’intermédiaire de Lucie Delatre, à créditer d’une bonne prestation avec un 4/4 au tir.

Les Strasbourgeoises entament alors une bonne période avec une circulation rapide du ballon. Morgane Weibel et deux de ses coéquipières signent un triplé pour un petit break (17-20), obligeant le coach local à prendre un temps mort (50e ).

Reichstett rectifie à 18-20, mais va connaître une fin de match difficile, surtout par manque de punch et de lucidité en attaque. Il est vrai que les visiteuses semblent plus fraîches avec une défense de plus en plus solide et de belles combinaisons en attaque amenant deux buts supplémentaires.

Les Reichstettoises n’arrivent plus à marquer, leurs tirs sont tentés en en mauvaise position, trop mous ou non cadrés. Avec un seul but dans les dix dernières minutes, l’issue était fatale pour elles et le score final de 19-25 est logique.

En attendant le retour de joueuses importantes actuellement blessées, il faudra faire le dos rond pour bien terminer la phase aller avant d’attaquer sereinement les matches retour.

Reichstett 19 vs ASPTT Strasb. II 24

Mi-temps : 11-12. Arbitres : MM. Dussiel et Rudolf.

REICHSTETT: Stritt et Weiss au but. Delatre 4, Schneider 4, Giesi 3, Florentin 3, Gunther 2, Bergthold 2, Gillig 1, Schoepf, Clém. Schwartz, Engelmann.

ASPTT STRASBOURG II: Fussler et Muller au but. Weibel 6, Mwadi Kabamba 4, Larche 4, Jung 3, Diakhon 2, Kieny 2, Laignel Geng 2, Madjidi 1, Denis.

Source : DNA