Archives/Auteur: Camille Schwartz

N3F – « Soigner le rebond »

Battue à Chaumont la semaine passée, la réserve de l’ASPTT Strasbourg va devoir réagir contre Montbéliard, un adversaire de qualité.

oceane_dna

Océane Laignel-Geng et l’ASPTT Strasbourg doivent repartir de l’avant. PHOTO DNA – Michel FRISON

Pour un groupe ambitieux comme l’est celui de l’ASPTT II, la défaite concédée à Chaumont est forcément vexante. Surtout qu’elle a été particulièrement large (32-22).

« On a encore un peu en tête cette mauvaise note, admet Damien Cerno, l’entraîneur. On est complètement passé à côté sur le jeu défensif, mais surtout offensif. Il y a eu de belles choses quand les consignes ont été respectées, mais on est vite retombé dans nos travers. »

Ses concurrents directs pour les toutes premières places de la poule ont pris un peu d’avance, mais à ce stade tout reste bien sûr très ouvert.

« Il faut que ça nous serve de leçon. Cette première défaite vient tôt alors qu’on espérait la retarder le plus possible. Mais maintenant c’est fait. Ça arrive. Les filles ont compris le message et ont été plutôt concentrées et appliquées lors des quinze derniers jours où on a beaucoup bossé sur nos défauts. »

Il faudra retrouver de la verve. D’autant plus que l’adversaire du soir sera consistant. Montbéliard fait partie des trois équipes invaincues de la poule avec deux victoires (Seltz et Mamirolle) et un nul (à Reichstett). En s’imposant, l’ASPTT II pourrait tout de suite se replacer dans une bonne perspective.

« Ça va être compliqué, on le sait pertinemment. Un match n’est jamais gagné d’avance. Il faudra proposer du beau jeu, du jeu rapide et essayer de défendre assez haut pour perturber leurs tireuses de loin. »

Si Alblavie Mwadi Kabamba et Morgane Weibel seront de retour, Yvernelly Kouelamambou manquera à l’appel, blessée au dos.

Source : DNA

N3F – « Grosse désillusion »

La réserve de l’ASPTT Strasbourg avait reçu un avertissement la semaine passée, mais apparemment la leçon n’a pas été retenue…

En se rendant à Chaumont, une équipe également très ambitieuse dans cette poule, il allait falloir se serrer les coudes et faire preuve de cohésion et de beaucoup de solidarité pour se sortir de ce piège.

Ce sera à peu près le cas au cours de la partie initiale du premier acte où la défense tient le choc : 3-3, puis 6-6 et 12-10.

Mais l’attaque bafouille avec beaucoup trop de tirs manqués (22 sur 45 à l’arrivée).

Puis arrive un terrible “4-0” en faveur des locales qui font beaucoup mieux tourner la balle avec, notamment, deux joueuses à la conclusion, Bernard (7/8 au tir) et Krekbo (8/9). L’ASPTT II, elle, restera muette pendant plus de huit minutes : 16-10 à la pause.

L’addition est sévère

Damien Cerno remet les choses au point à la pause et Capucine Begin sonne la révolte à la reprise avec deux contres.

Océane Laignel-Geng, de son poste de demi-centre, essaie de relancer la machine et Yvernellie Kouelamambou score à trois reprises. L’écart va se stabiliser (24-19, 48e ), mais Chaumont, avec plus de maturité, va enfoncer le clou en fin de période, l’ASPTT II retombant dans ses travers.

Le score final et un peu lourd, l’addition est sévère. Bon, tout n’est pas dramatique.

Il y avait des blessées côté ASPTT II (une grosse pensée à Joanna, Anita et Morgane), il y a un gros potentiel, mais il va falloir faire de gros efforts en termes de solidarité et de cohésion.

Le handball est avant tout un sport collectif, sans quoi il risque d’y avoir encore des désillusions.

Un autre test attend les jeunes Strasbourgeoises dans quinze jours avec la venue de Montbéliard, une équipe encore invaincue.

Chaumont 32 – ASPTT Strasb. II 22

Mi-temps: 16-10. Arbitres: MM. Bradja et Fallet.

CHAUMONT : Merger (8 arrêts) et Rougeot (1 arrêt) au but. Bernard 7, Coulibaly 5, Geoffroy 3, Kregbo 8 dont 2 pen., Lefevre, Marquez 5, Merger, Prudent, Rico 1, Sy 3.

ASPTT STRASBOURG II: Muller (5 arrêts) et Ziane (4 arrêts) au but. Begin 5, Diakhon 1, Jung 1, Klethi 1, Kouelamambou 7, Laignel-Geng 2, Larche 1 pen., Macalou 1, Mwadi Kabamba 3.

Source : DNA

Premières certitudes

L’opposition entre l’ATH et l’ASPTT Strasbourg n’avait peut-être pas la saveur de la Coupe de France, ni l’importance du championnat, mais il a permis aux joueuses du Kochersberg, dans le sillage d’Élodie Drion (7 buts), de reprendre l’avantage face aux Strasbourgeoises, en attendant le match retour en N1.

Seule une large victoire de Kingersheim contre l’ATH, dimanche, pourrait empêcher l’un des deux pensionnaires alsaciens de N1 d’accéder aux demi-finales, le week-end du 12 mars.

 

Source : DNA

La logique prime

La hiérarchie a été respectée, hier lors de la première journée de la Coupe d’Alsace. L’ASPTT Strasbourg et Altkirch chez les filles, l’ESSAHB et Mulhouse/Rixheim, chez les garçons, ont pris une option sur la qualification en demi-finale.

Avec deux matches de poule avant le carré final, il s’agissait de ne pas rater le départ, ce week-end lors de la première journée de la Coupe d’Alsace, pour les clubs désireux de s’inviter en demi-finale.

Chez les filles, les deux premiers des deux poules de trois seront qualifiés pour le dernier carré, le week-end du 12 mars.

Dans le groupe 2, l’ASPTT Strasbourg (3e de la poule 2 de N1) n’a pas été tendre avec Kingersheim (5e de la poule 3 de N2). Toutes les Bas-Rhinoises ont marqué, même la gardienne Finck, et le HBCK n’a pas espéré très longtemps (12-5 à la 14e , 21-8 à la pause, 34-14 à la 47e , 38-19 au final).

L’ASPTT peut valider sa qualification pour les demi-finales dès le week-end prochain en cas de victoire contre l’ATH (tenant du titre), pour ce qui sera déjà la 3e confrontation entre les deux clubs cette saison, entre championnat et Coupe de France.

Source : DNA

Carnet de Balle

VISAGES. – Ahlame Larche (4 buts) et Charlotte Seys (2) ont effectué leurs premiers pas en N3 avec l’ASPTT II ce week-end. Des débuts victorieux à Varois/Arc.

PÉTILLANT. – Le classement des buteuses de la poule 6 de N3F prend des allures très alsaciennes. Trois Bas-Rhinoises figurent aux quatre premières places. Deux Seltzoises sont en tête, Shari Mohet (65 buts, 7,22 de moyenne) et Jennifer Buchy. Elles sont suivies de près par Jade Cambus (ATH II) et Anita Kieny (ASPTT II).

Source : DNA