N1F – « Les choix de Ninon »

Venue à Strasbourg cet été pour jouer au handball à l’ASPTT et entamer ses études d’infirmière, Ninon Pora redécouvre les simples plaisirs du jeu.

Ninon_dna

Ninon Pora : « J’ai tenté ce challenge de venir à Strasbourg, loin de ma famille ».  PHOTO DNA – CH.A.

Il y a quelques mois, Ninon Pora a dû faire un choix. En dernière année au Pôle de Metz, il a fallu se décider, comme toutes les autres pensionnaires. « Et j’ai finalement refusé de partir en centre de formation. »

« Prendre soin des gens »

Une décision qui n’a rien d’un coup de tête, elle a été prise pour répondre à un appel plus impérieux.

« Je souhaite être infirmière, c’est un projet qui me tient à cœur depuis toujours. Il y a quelque chose qui me plaît dans ce métier, cela tient peut-être à l’idée de pouvoir sauver des vies. À cause du relationnel aussi, j’adore prendre soin des gens. »

Pourtant, le lien avec son autre activité de prédilection est vite fait. « Ça rejoint aussi un peu le hand, parce qu’il y a du travail en équipe, dit-elle avant de laisser passer un sourire. Une chose que j’ai plutôt acquise. »

Pour le moment en école préparatoire au lycée Sainte-Clothilde, Ninon Pora tente de s’accommoder de son nouveau rythme.

« Il est soutenu, les cours sont de 8h à 18h, il faut aussi trouver des stages où on commence parfois à 5h du matin. L’enchaînement avec les entraînements, c’est dur.  »

À tout juste 18 ans, cette native de Nancy, s’est éloignée pour la première fois de sa famille. De sa mère Patricia, de son beau-père “Fred”, « sans me forcer, ils m’ont toujours soutenue et encouragée, c’est très important », comme de sa grande sœur Mathilde, partie faire ses études d’avocate à Paris.

Pas toujours simple. Son amitié avec Perrine Pratelli, venue à Achenheim/Truchtersheim cet été, participe à son adaptation.

« On s’est connues au Pôle, on passe beaucoup de temps ensemble. »

L’accueil de ses nouvelles coéquipières de l’ASPTT a été réconfortant. « Strasbourg est une ville plaisante et j’ai été très très bien accueillie. J’ai repris beaucoup de plaisir à jouer, ce que j’avais un peu perdu. »

« J’aime bien organiser, mener le jeu »

Car si Ninon Pora a grandi à Saizerais, puis à Sanzey, elle a connu de nombreux clubs au rythme de sa progression. Toul, le SMEPS, Pagny-sur-Moselle, Blénod-lès-Pont-à-Mousson et Yutz.

Malgré la découverte de la D2, cette dernière expérience a été moralement douloureuse au point qu’elle a choisi de quitter le club en cours de saison.

Venue se régénérer à l’ASPTT Strasbourg, elle a redécouvert les sources du jeu. « C’est mon prof de sports en 6e qui a dit à ma mère que j’avais du potentiel. Le handball m’a permis d’oublier certains problèmes. J’ai pu m’y épanouir, mais je ne me doutais pas que tout allait s’enchaîner aussi vite. »

Quasiment tout de suite sélectionnée en équipe de Meurthe-et-Moselle, elle le sera surtout en équipe de France Jeunes participant à l’Euro en Slovénie et au Mondial en Pologne cet été.

« C’est quand même une grande expérience, ce sont des compétitions de haut niveau. Quelque chose de fort que je n’avais jamais vécu, avec des équipes et des coutumes différentes. »

À son poste de demi-centre – « J’aime bien organiser, mener le jeu, tirer au travers de la défense » –, Ninon Pora poursuit son apprentissage. Et apprécie le début de saison de son équipe.

« Collectivement, on est plutôt pas mal. Il faut continuer sur cette lancée. Je me sens à l’aise dans le jeu, j’ai assez de libertés et ça me plaît. »

« Et si je dois arrêter… »

Malgré une fracture du nez rapportée d’un tour de Coupe de France à Épinal – « Je n’ai jamais eu de grosse blessure, un mois sans jouer, c’est très long » – son adaptation s’est faite rapidement.

En attendant son prochain voyage au soleil avec sa grand-mère Josiane, Ninon Pora s’accommode de son nouveau rythme de vie et attend de voir où tout cela va la mener.

« Le handball ne me nourrira jamais, du coup je mets beaucoup d’énergie et de chances de mon côté pour réussir mes études. Et si je dois arrêter de jouer pour y arriver, je n’hésiterais pas. »

Mais l’heure de cet éventuel nouveau choix n’est pas encore arrivée. D’ici-là, Ninon Pora, à la personnalité attachante, prend le temps d’apprendre et de jouer pour se construire son avenir.

Source : DNA

Les commentaires sont clôs.