N1F – « Sauvetage sur le fil »

Comme annoncé, les matches à Épinal sont toujours des matches compliqués pour l’ASPTT Strasbourg…

epinal_sf1_dna

Fanny Philipp a marqué le but décisif à Épinal, celui qui a permis d’obtenir le match nul. PHOTO archives DNA – Laurent RÉA

Après un début de match presque trop parfait pour l’ASPTT (0-3 à la 5e ), avec une Tanja Klaric en verve (ce qui est un standard), Épinal se réveille et instaure sa ténacité en revenant à 3-3 à la 8e.

Et le bras de fer commence : 7-7 (14e ), puis 8-8 (18e ). Les deux équipes se neutralisent sans pour autant trouver de réelles opportunités de prendre les devants.

Le plus gros écart de la première période est de trois buts (14-11 à la 29e ), mais Tanja Klaric donne un peu d’oxygène aux Alsaciennes avant la pause (14-12).

Le retour du vestiaire est compliqué, l’équipe strasbourgeoise se perd, et voit sa confiance filer au fur et à mesure des buts encaissés. Des erreurs encore jamais commises sèment le doute dans les têtes des Bas-Rhinoises. Les Spinaliennes inscrivent un “5-0” (20-13, 39e ). Temps mort. La consigne est simple : inverser la tendance en changeant de projet de jeu et en mettant le doigt sur ce qui fait briller les Vosgiennes.

Un autre sentiment commence à naître, la revanche. C’est alors au tour des visiteuses de placer un “0-7” avec une Aline Varinot clé, une Clémence Louis déterminée et une Tanja Klaric à la hauteur de sa classe : 20-20 (49e ).

Laura Soulé confirme sa capacité à transformer des balles importantes, mais quelques mauvais choix de tir ainsi que le jeu sur grand espace d’Épinal permettent aux locales de reprendre trois buts d’avance : 24-21 (55e ), puis de mener encore 25-23 à l’entrée de la dernière minute.

« Un match référence »

Mais avec cette nouvelle équipe strasbourgeoise, rien n’est jamais fini. Ninon Pora prend ses responsabilités et marque sur une belle réalisation (59e et 17”) : 25-24.

Une “double stricte” force les Vosgiennes à prendre une solution de tir rapide. Ce dernier ne trouve pas le cadre. Cela laisse six secondes à l’ASPTT pour tenter de ne pas repartir les mains vides de ce déplacement douloureux. Deux longues passes suffisent, le ballon arrive dans les mains de Fanny Philipp qui prend un tir des 13 mètres à une seconde de la fin et marque : 25-25.

« C’est un match référence pour deux raisons, explique Maxime Fistola, le coach de l’ASPTT. C’est notre moins bon match de la saison. Avec le double de pertes de balle de ce que nous produisons d’habitude, un manque de clarté dans nos situations offensives, des supériorités numériques très mal gérées, des buts encaissés maladroits. Cependant, ce match est aussi une référence de combativité collective. Aujourd’hui, nous sommes capables, lorsque nous nous battons tous avec la même énergie, d’inverser des situations compromises. »

Néanmoins, l’ASPTT a tiré sur la corde. « Les filles ont vraiment besoin de repos. La première partie de notre calendrier était très intense, nous avons frôlé la correctionnelle. Je suis convaincu que nous allons rapidement remédier à nos problèmes et finir cette première partie de saison sans regret. »

Source : DNA

Les commentaires sont clôs.