N1F – « Un derby trop vite plié »

L’ASPTT Strasbourg a placé beaucoup d’autorité dans ce derby face à Kingersheim qui a manqué d’énergie et de justesse pour pouvoir réellement rivaliser.

sf1_hbck_dna_2

Alicia Deghaud s’échappe devant Jade Cambus : l’ASPTT a survolé ce match contre Kingersheim. PHOTO DNA – Jean-François Badias

Deux joueuses se chargent de lancer les échanges. Ninon Pora, côté ASPTT, qui marque les quatre premiers buts de son équipe, Marine Hell, côté HBCK, qui permet à la sienne de rester dans le coup.

« Un non-match de notre part »

Car dans ce début de partie, Kingersheim a du mal à trouver la mire face au but bien gardé par Julie Chauffeteau (11 arrêts en 30’). Ce manque d’efficacité nuit forcément à l’évolution du score, d’un point de vue haut-rhinois évidemment : 4-1 (7e ), 10-4 (18e ) et même 13-5 (21e ).

Et rien ne s’arrange avec la blessure à la cheville d’Alina Bota (19e ).

Côté strasbourgeois, la partie est bien engagée. Les attaques placées s’enchaînent avec une belle efficacité, la défense est solide, quelques contres fusent et on peut envisager les choses sereinement à la pause : 16-7.

L’écart est conséquent, mais pas non plus totalement rédhibitoire. A priori. Dans les faits, il va le devenir, car la reprise du HBCK est plate, trop plate. Les Strasbourgeoises, qui avaient déjà placé leur “patte” sur le jeu, se font encore plus étouffantes. Grâce à une reprise très sérieuse : 21-8 (37e ).

De match, il n’y en a plus. Lisa Stritt fait bonne garde, les plus jeunes de l’effectif bas-rhinois prennent place sur le terrain : 24-11 (46e ) et 27-19 pour finir. On venait de relever un “0-6”, mais, on l’a compris, il n’y avait plus aucun suspense.

Deux satisfactions, un mécontentement

« On a vraiment complètement déjoué, cela ne vaut pas le niveau N1, fulmine Laurent Gschwind, le coach haut-rhinois. Il y a eu un petit sursaut d’orgueil à la fin, on a mieux défendu et mieux attaqué, mais c’était vraiment un non-match de notre part. Heureusement que c’est tombé contre Strasbourg à qui je souhaite bonne chance pour atteindre ses objectifs. J’espère que nous allons montrer plus d’orgueil contre Épinal. »

Dans les rangs strasbourgeois, le regard de Maxime Fistola reste tout de même critique. « Il y a deux satisfactions : on voulait confirmer nos savoir-faire défensifs, c’est par là que l’on voulait se rassurer, c’est fait. Ensuite, grâce aux rotations, nous avons pu garder un rythme élevé. Mais je suis mécontent d’une chose : lorsqu’on avait la maîtrise du jeu, on s’est permis de “flotter”. On n’a pas le droit, il faut maintenir tout le temps la même rigueur. »

Désormais, chacun va reprendre le fil de sa saison. Kingersheim aura encore fort à faire contre Épinal dimanche, l’ASPTT devra tenir son rang à Montigny samedi.

Source : DNA

 

Les commentaires sont clôs.