N1F – « Un vrai hold-up »

Face à une équipe de Saint-Étienne extrêmement diminuée, l’ASPTT Strasbourg a eu beaucoup trop de mal à s’imposer, ne faisant la différence que dans les trois dernières minutes.

N1F_stetienne_dna

Si la victoire est là, les Strasbourgeoises ont réalisé une prestation sans saveur. PHOTO DNA – Ch.A.

Ambiance fin de saison samedi soir au centre sportif ouest. Saint-Étienne, décimé par les blessures, ne s’est déplacé qu’à huit joueuses (dont deux gardiennes) avec aucune possibilité de changement dans le champ donc.

Malgré cet état de fait, ce sont les Strasbourgeoises qui peinent le plus dans ce début de partie. Elles sont en difficulté face à Margot Archer, ont déjà subi quatre échecs au tir lors des six premières minutes.

L’attaque peine, sauf Tanja Klaric (6/8 au tir en trente minutes), mais la défense n’est pas au mieux non plus. Elle manque de justesse, d’inspiration, de cohésion.

Pour tout dire, c’est Saint-Étienne qui épate. Dans des circonstances très défavorables, ses joueuses sont en train de proposer une leçon d’organisation, de volonté, d’enthousiasme et de solidarité aux Strasbourgeoises. Ces dernières sont régulièrement menées en première période : 5-7 (13e ), 9-10 (20e ). Puis elles reviennent à 15-15 à la pause.

Une leçon d’organisation, de volonté, d’enthousiasme

À la reprise, on s’attend à une réaction de la part de l’ASPTT. Elle ne viendra pas. Au contraire, Amel Ait Ahmed, Sabina Karupovic et toutes leurs vaillantes copines gardent le cap. Elles mènent même 18-21 à la 40e , après un “0-4”.

Sans remplaçantes, rappelons-le – elles ont même dû jouer plusieurs minutes en infériorité numérique, le temps de soigner Marion Forissier –, ce sont toujours les Stéphanoises qui tiennent la dragée haute aux Strasbourgeoises : 23-25 (50e ) et 27-28 (56e ).

Enfin, le sursaut de l’ASPTT arrive : 31-28 et 32-30 au final.

« C’était un vrai hold-up, reconnaît Cédric Amour, l’entraîneur bas-rhinois. Nous n’avons jamais été dans le rythme du match. On n’a pas assez défendu ensemble, on s’est compliqué la vie en attaque. Saint-Étienne a proposé des choses intéressantes, voire plus intéressantes que nous. Ce n’était vraiment pas une prestation à la hauteur de nos attentes, mais on a pris les trois points, on ne va pas s’en plaindre. »

ASPTT Strasbourg 32 – Saint-Étienne 30

Mi-temps : 15-15. Arbitres : MM. Grunert et Metz. 100 spectateurs.

ASPTT STRASBOURG : Tubio (1-23e , 1 arrêt) et Gras (cap., 23e -60e , 9 arrêts) au but. Ianasi 3/5 dont 1/1 pen., Soares 5/5, Deghaud 0/2, Lecourtois 4/7, Klaric 8/11, Badiane 2/2, Philipp 2/4, Kouelamambou 2/5 dont 1/1 pen., Louis 4/5, Gakidova 2/4.

SAINT-ÉTIENNE : Archer (1-50e , 12 arrêts) et Priou-Zajac (50e -60e , 2 arrêts) au but. Roux 2/2, Forissier 2/4, Gafsi (cap.) 10/14 dont 6/6 pen., Ait Ahmed 7/9, Thomas 5/12, Karupovic 4/7.

Source : DNA

Les commentaires sont clôs.